jeudi 16 janvier 2014

Le soutien de la Mairie fait toujours défaut...

Bien qu'ayant été reçus par Mmes Corbani et Testud, notre demande de soutien de la Mairie reste sans réponse.

Nous sommes bien conscients qu'en période pré-électorale, il doit être très difficile de s'occuper d'un projet supplémentaire, pourtant notre avancement a été très souvent remarqué (voir nos rencontres précédentes) et nous avons déjà obtenu plusieurs financements (nous vous les présenterons dans les semaines suivantes). Pourtant, un soutien majeur nous fait encore défaut... Et c'est pourtant un point clef pour nous permettre d'ouvrir une crèche publique plutôt que privée !


Nous avons trouvé un local idéalement placé en face des docks, notre projet est l’ouverture de notre crèche en septembre 2014 pour 25 bébés audoniens. Résolument tournés vers l’avenir, nous voulons que notre crèche offre aux enfants un espace bienveillant, d’éveil et écologique. Plus encore, nous souhaitons créer un lieu d’ouverture sur la ville où serons organisés des ateliers pour les enfants et des journées d’échanges autour de la parentalité. 


Pourtant, aujourd’hui, 3200 mères et pères audoniens* se voient refuser une place en crèche chaque année.

La possibilité de faire garder son enfant à Saint-Ouen entre les places en crèche et chez les assistantes maternelles représentent 28% alors que la moyenne nationale est de 52% et celle du département 93 de 29,9% (la plus basse de France métropolitaine). 

Pour augmenter le nombre de berceaux bruts sur la commune nous vous offrons aujourd’hui la possibilité de nous soutenir pour ouvrir 25 nouveaux berceaux en septembre 2014 pour seulement 7750 (5,425 après la déduction du contrat enfance jeunesse) par place par enfant et par année.
Il faut savoir qu’actuellement la ville a passé une convention avec une crèche privée pour 10 berceaux qui coûtent 13000 par place et par enfant. Pour le prix de 10 berceaux dans une crèche privée à but lucratif nous souhaitons offrir à la ville une eco-crèche parentale de 25 berceaux,
si peu chère car gérée par des parents citoyens bénévoles.


Les gens choississent de venir vivre à Saint-Ouen pour ses valeurs de solidarité et de fraternité, nous pensons que beaucoup d’audoniens seraient choqués d’apprendre que leur Mairie préfère financer une crèche privée plutôt qu’une crèche parentale, offrant pourtant le double de berceaux pour le même prix. Nous avons absolument besoin du soutien de la Mairie pour que notre projet passe au Conseil Municipal du 3 février. Nous sommes donc contraints par notre éthique et notre âme citoyenne d’organiser des actions à travers Saint-Ouen pour informer nos concitoyens que les promesses de campagne de «soutenir les crèches parentales» ne sont que des mots sans actes. (voir le tract «Actifs et solidaires» de décembre 2013, lien sur notre blog)


*450 berceaux sur Saint-Ouen. On refuse des places à 80% des parents donc 1800 familles ont un refus suite à une demande de place en crèche.  20% de monoparentals, ça fait 80% de couples donc en tout 3240 pères et mères qui ont essuyé un refus.  Sans compter tout ceux qui ne font même pas de demande quand on leur explique qu’ils ont 1 chance sur 5 d’avoir une place.

Voici les flyers que vous pourrez croiser dans les jours suivants :

Flyer recto


1 commentaire:

  1. Nous soutenons évidemment un projet comme le vôtre qui fait clairement défaut à la ville. J'aurais adoré trouvé un lieu d'accueil comme le vôtre, surtout après toutes les déboires que j'ai rencontré lors de ma recherche d'un mode de garde qui soit ne serait-ce qu'un peu en accord avec le respect des besoins fondamentaux d'un tout-petit. (j'ai tout de même tenté 5 demandes de places en crèches municipales ou départementales : toutes refusées !). Pour la première année de ma fille, j'ai souhaité un mode de garde adapté à ses besoins et j'ai aujourd'hui trouvé une nounou en mode de garde partagé (nous avons pourtant du en changer deux fois en moins de 6 mois, vraiment pas idéal pour un bébé de moins d'un an...). Je vous soutiens 100 % !!

    RépondreSupprimer